Plex Media Center, la solution ultime !

Mon premier article, et c’est celui déterminant qui m’a donné envie de lancer complètement ce blog, est l’installation de Plex Media Server, et tout l’environnement qui correspond.

Je vais vous expliquer en détail la mise en oeuvre pour y parvenir, ainsi que mes impressions.

Préambule

Ce qui m’a inspiré, c’est d’abord la connectivité, comme le fait Subsonic ou encore Kodi (anciennement XBMC). J’ai déjà testé ces différents produits, mais je n’ai jamais été entièrement satisfait.

Un jour je suis tombé sur Plex, une nouvelle façon de fonctionner, qui vient directement en concurrence avec les précédents.

Bidouilleur dans l’âme, je me suis donc lancé dans l’installation de ce Plex Media Server, qui joue un rôle central dans le foyer.

Pour cela je dispose d’un HP Slimline S5000.fr qui ne prend pas trop de place, dont voici la config :

Processeur : Core 2 Duo
Mémoire vive : 4 Go de RAM
Disque Dur : Seagate 640 Go 7200 tr/m (J’aime le défi, alors pas de RAID !)
OS : Debian 7.8 amd64 (CLI, pas de graphique)

Après avoir installé mon OS, mis à jour les dépendances et tout ce qu’il faut dès le départ, je me suis attaqué à l’installation de Plex, dont je vais vous fournir les infos.

1 – Installation de Plex Media Server

La première étape est donc d’ajouter les sources du projet à notre machine, afin de pouvoir récupérer le soft. Tout ce passe via le site officiel plex.tv, où vous choisissez votre système d’exploitation ainsi que la version désirée (préférez la dernière, afin d’accéder à toutes les nouvelles améliorations). Moi j’ai pris la version Ubuntu, qui fonctionne aussi sur du Debian (.deb) et tout a été OK pour l’installation. Voici les commandes que j’ai utilisé :

I – Rajouter les dépôts Plex

Esiter le fichier source .list :

# nano /etc/apt/sources.list

et y rajouter la ligne suivante :

deb http://shell.ninthgate.se/packages/debian wheezy main

II – Ajout de la clé du nouveau dépôt

Afin de garantir l’authenticité de la connexion et du serveur, il vous faut valider la clé du dépôt :

# wget http://shell.ninthgate.se/packages/shell-ninthgate-se-keyring.key
# apt-key add /shell-ninthgate-se-keyring.key

III – Mise à jour de la liste des paquets

Lancer la mise à jour, afin d’obtenir la dernière liste des paquets

# apt-get update

IV – Installation de Plex

# apt-get install plexmediaserver

V – Lancement de Plex

Et voilà, il ne reste plus qu’à naviguer sur Plex, en utilisant l’url suivante dans votre navigateur préféré :

http://xx.xx.xx.xx:32400/web/index.html

2 – Configuration de Plex Media Server, via interface web

Maintenant que le serveur est installé et configuré, vous pouvez fermer Putty ou autre SSH-like, tout le reste ce passe en GUI, via l’adresse web citée précédemment.

En premier, se rendre directement dans les réglages (roue dentée en haut à droite), afin de régler la langue, ainsi que les sources qui serviront lors des scans (vaut mieux le faire au début, car sinon après vous devrez re-scanner toute votre bibliothèque ; donc suivant la taille, vaut mieux prévoir un sacré bol de café !)

Ensuite, il va falloir dire à Plex quel dossier scanner, et le mieux va être de les séparer (un pour les films, un pour les séries, un pour les musiques, un pour les photos, et ainsi de suite).

Pour cela il faut cliquer sur le « + » situé en haut à gauche,

1

et choisir le type de média à scanner.

2

Après avoir indiqué l’emplacement où se situent ces médias, il suffit de choisir quelle base servira de référence lors du scan. Entendez par là qu’il faut choisir une base de données qui doit servir de point d’attache, tel que Allociné ou MVDB. Choisissez votre préféré et valider.

Recommencez l’opération autant de fois que nécessaire, afin d’établir votre bibliothèque complète. Une fois cela fait, il suffit désormais d’appuyer sur la roue dentée (à droite du « + » utilisé en début d’article), puis de choisir l’option « Màj les bibliothèques » afin de référencer tous les médias, et lancer l’analyse via Internet afin que cela vous rajoute toutes les métadonnées (genre, année, acteurs, photos, etc.).

Voilà, le plus gros est fait, il ne nous reste plus qu’à diffuser tout ce petit monde dans le foyer !

3 – Partage multimédia au niveau du domicile

Pour couronner le tout, une fois mon serveur entièrement fonctionnel, le but était quand même de pouvoir consulter, depuis n’importe où dans ma maison, le contenu centralisé. Pour cela j’ai donc utilisé tout les équipements à ma disposition.

Pour commencer, j’ai mis un bookmark sur mon serveur Plex (http://xx.xx.xx.xx:32400/web/index.html) afin d’y accéder depuis un e-PC, très pratique quand l’endroit où vous êtes ne possède pas de télé, et que vous n’avez pas envie de trimbaler le 17 pouces de 10 kg. L’interface y est classique, comme sur mon PC principal. Rien à redire, mis à part que vu que ce mini-ordi est en wifi, le 720p passe difficilement et lag (et ce n’est pas le processeur en carton de l’e-pc qui va faciliter les choses), il faut donc baisser légèrement la qualité.

Ensuite, histoire de pimenter un peu les choses, j’ai installé sur mon Raspberry Pi (RPi B, version 1) RasPlex (eh oui, tant qu’à faire, autant prendre un OS dédié). Il s’appuie sur OpenELEC avec le module Plex Home Theater. Attention, ce système d’exploitation est en lecture seule, ce qui signifie qu’officiellement, une fois que vous installez l’OS, vous ne pouvez plus écrire dessus (mise à jour, copie de fichiers, etc.) ; c’est le système qui gère cela tout seul.

Je l’ai installé sur ma carte SD en suivant les recommandations du site officiel (formater et supprimer toutes les partitions), et j’ai installé l’iso via UnetBootIn. Une fois l’image transférée sur la carte mémoire, il ne reste plus qu’à démarrer le RPi et voilà : tout est fait.

L’interface du coup est celle de Home Theater qu’on retrouve sur les app standard (attention, ne pas confondre avec la version web) et qui est plutôt bien organisée.

Je n’ai pas encore partagé via Internet, car je n’en vois pas trop l’utilité, mais comme beaucoup de serveurs multimédia, vous pouvez évidemment streamer le contenu vers l’extérieur, afin d’en faire profiter de généreuses âmes (attention, à vos risques et périls !)

C’est tout pour moi, et un autre article tout chaud est déjà en préparation, car je suis déjà rendu à l’étape supérieure de ce projet, qui parle de S.AR.A.H /L.I.S.A, qui sont des conceptions de maison intelligente connectée, via l’Internet des objets. Pour faire simple, on parle à l’ordinateur (exemple : « SARAH, lance l’épisode 8 de la saison 5 de N.C.I.S sur la TV du salon ! »), et lui s’occupe de lancer la vidéo comme demandé. Mais bon, là n’est pas le sujet, alors à très vite sur le sujet ! 😉

 

Un commentaire pour “Plex Media Center, la solution ultime !”

  1. Plex is made up of the most knowledgeable and influential media enthusiasts in the world, all working together to make their experience better. Come join us!

Laissez un commentaire